Vous êtes ici

Éditions L'avant-scène théâtre

Il y a toujours un avant : et avant L'avant-scène théâtre , il y a eu La Petite Illustration , qui, chaque mois, entre les deux guerres, éditait le texte d'une pièce jouée à Paris. Puis cette revue est devenue en 1949 L'avant-scène, revue bimensuelle ouverte sur toutes les formes du spectacle vivant : L'avant-scène théâtre mais aussi L'avant-scène cinéma, L'avant-scène opéra et L'avant-scène ballet , ces trois dernières publications volant aujourd'hui de leurs propres ailes.

L'avant-scène théâtre devient rapidement un carrefour littéraire où sont publiés les grands dramaturges d'après-guerre, tels Eugène Ionesco, Samuel Beckett, Arthur Adamov, Jean Anouilh, Jacques Audiberti, Marcel Aymé, Roland Dubillard, Jean Giraudoux… La revue contribue aussi à faire connaître en France des auteurs étrangers aussi importants aujourd'hui qu'Harold Pinter, Edward Albee, Arthur Miller, Tennessee Williams, Brian Friel, Woody Allen, Heiner Müller, ainsi que des « débutants » – dans les années soixante-dix et quatre-vingt – comme Jean-Claude Grumberg, Valère Novarina, Philippe Minyana, Michel Vinaver, Jean Poiret, Jean-Michel Ribes, ou encore Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui.

Après une longue période de direction de Robert Chandeau et Jacques Charrière, Christian Dupeyron leur succède, rejoint ensuite par Bernard Loiseau puis Élie Schulmann. Danielle Dumas prend les rênes de la maison en 1986, jusqu'en 2001(restant rédactrice en chef jusqu'en 2004), date à laquelle le critique dramatique et directeur de journaux Philippe Tesson reprend la revue. Il imagine une nouvelle formule : changement de format, changement de maquette.

Sous l'impulsion d'une nouvelle équipe réunie autour de Philippe Tesson depuis 2005, Anne-Claire Boumendil et Olivier Celik, L'avant-scène théâtre se remet au goût du jour. Elle rencontre de nouveaux lecteurs, entretient ces liens chaleureux qui l'unissent aux fidèles, et poursuit plus que jamais sa vocation d'accompagner le théâtre de son temps.