Vous êtes ici

Un vent de jeunesse souffle sur les éditions L'avant-scène théâtre !

Parce que l'amour des livres et du théâtre s'acquiert dès le plus jeune âge, parce que la lecture et le jeu sont des portes ouvertes sur le rêve et le monde, L'avant-scène théâtre a conçu avec les éditions Nathan une collection de théâtre jeunesse illustrée pas comme les autres. Ses auteurs nous confient leur point de vue : Daphné Tesson (6/6)

Journaliste et auteur de livres et pièces de théâtre pour enfants et adolescents, Daphné Tesson s’est prêtée avec plaisir au jeu de Mip et Lo. Demandez le menu ! est une pièce facétieuse sur la rengaine parentale : « Il faut manger de tout. »

L’avant-scène théâtre : Qu’est-ce qui vous a incité à participer au projet Lire et jouer ?

Daphné Tesson : L’idée de ce projet m’a tout de suite séduite, car la propagation du théâtre dans les écoles et au sein d’une classe en particulier peut donner naissance à des projets fédérateurs et attrayants. J’ai trouvé le concept de Lire et jouer très novateur et séduisant et j’ai tout de suite eu envie qu’il voie le jour.

AST : Comment vous est venue l’idée de votre « bêtise » de Mip et Lo ?

D. T. : Certains enfants prennent la moindre formule, la moindre expression au pied de la lettre. En l’occurrence, « manger de tout », pour eux, signifie se nourrir d’absolument tout ce qui leur tombe sous la main. Sans discernement, et avec cette dimension très « entière » et absolue qu’il y a chez eux et qui me fascine…

AST : Qu’est-ce qui vous a plu dans le fait d’écrire cette pièce ?

D. T. : Les contraintes assez strictes m’ont plu car j’aime bien écrire avec des cadres et des limites. Des garde-fous. Cela me rassure. J’ai également adoré imaginer mes propres enfants en train de faire une bêtise que j’inventais pour eux. J’étais celle grâce à qui la transgression pouvait arriver, au lieu d’être le censeur frustrant qu’une mère se doit parfois d’être.

AST : Selon vous, qu’est-ce que le théâtre peut apporter aux enfants ?

D. T. : Une liberté, une fantaisie, une ouverture aux autres. Le théâtre, comme les rêves, permet d’exprimer l’inexprimable. Le théâtre est un jeu d’enfant par excellence puisque l’on joue en permanence à être quelqu’un d’autre, à faire comme si, à faire semblant…

AST : Quel a été votre rapport enfant au théâtre ?

D. T. : J’allais beaucoup au théâtre, ma famille baignait dans l’art dramatique. Mais j’aurais surtout aimé en faire, du théâtre ; cela m’aurait libérée de la peur du regard des autres. J’aurais sans doute été moins complexée aussi. Au lieu de cela j’ai choisi de faire de la danse classique, ce qui a été beaucoup moins émancipateur.

AST : Si vous deviez incarner un personnage de la collection, lequel choisiriez-vous ? pourquoi ?

D. T. : Je choisirais le chat, pour être à la fois philosophe et paresseux : deux grandes qualités pour un chat, mais aussi pour un humain.