Vous êtes ici

Jean Racine

Jean Racine

Il naît en 1639 dans une famille de la moyenne bourgeoisie. Orphelin dès son plus jeune âge, il est recueilli par ses grands-parents puis par sa tante, religieuse à Port-Royal. 

Il fait des études qui lui permette de lire dans le texte original les auteurs tragiques grecs, cas rare pour un écrivain au XVIIe siècle. En 1658, il part étudier la philosophie à Paris et entre au service du duc de Luynes. 

En 1660 il écrit une ode, La Nymphe de la Seine et deux pièces, Amasie et Les Amours d’Ovide refusées par les comédiens du Marais. C’est La Convalescence du Roi et La Renommée aux Muses qui le font connaître, il obtient ainsi une pension royale. 

Il porte sa première tragédie (Théagène et Chariclé) à Molière qui la refuse mais accepte la seconde (La Thébaïde, 1664). Mais l’année suivante, il se brouille avec lui, quand il apporte en secret Alexandre le Grand à la troupe de l’Hôtel de Bourgogne. 

Il affirme sa maîtrise de la tragédie avec Andromaque en 1667. Les chefs-d’œuvre se succèdent alors, Britannicus (1669), Bérénice (1670), Mithridate (1673), Iphigénie (1674) et bien sur Phèdre en 1677. La même année il est nommé historiographe du Roi avec Boileau. 

Il abandonne le théâtre pour le service du Roi, mais ne délaisse pas la littérature. En 1687, il publie une édition de ses œuvres dramatiques. Il meurt en 1699.

De cet auteur