Vous êtes ici

Albert Camus

Albert Camus

Chef de file de l'existentialisme et de l'absurde, avant de se tourner vers un humanisme sceptique, Albert Camus naît en Algérie, en 1913, dans une famille modeste. À l’école, son instituteur le pousse à passer le concours des bourses qui lui permet de poursuivre ses études au lycée, puis à l’université.

Son premier écrit est une pièce de théâtre, Révolte dans les Asturies (1936), suivie d’essais, L’Envers et l’Endroit (1937), Noces (1939). Alors qu’il le souhaitait, il ne put prendre part à la Seconde Guerre Mondiale, pour cause de maladie.

Il devient alors journaliste à Paris-Soir en 1940 et entre dans la Résistance. C’est durant cette période qu’il fait paraître, clandestinement, L’Étranger (1942). En 1947, c’est, La Peste, roman, qui, avec L’État de siège (1948), Les Justes (1949), et L’Homme révolté (1951), évoque la révolte et la solidarité.

Ses derniers ouvrages, L’Exil et Le Royaume (1957) et Les Discours de Suède (1958) transcrivent la quête d’un humanisme lucide et lui font obtenir le Prix Nobel de littérature. 

En 1960, il se tue dans un accident de voiture.