Vous êtes ici

Jean Renoir

Jean Renoir

Réalisateur de cinéma et scénariste français, Jean Renoir est né à Paris en septembre 1894 et mort à Beverly Hills aux États-Unis en février 1979.
Il est le deuxième fils du peintre Auguste Renoir.
Il s’engage dans l’armée en 1912. En 1915, blessé, il rentre en convalescence à Paris où il passe son temps dans les cinémas. Il voit jusqu’à vingt-cinq films par semaine.
Ses deux premiers films, La Fille de l’eau (1924) et Nana (1926) d’après l’œuvre d’Émile Zola ne rencontrent pas le succès attendu ; il se détourne de la production.
En 1931, La Chienne, un des premiers films parlants, avec Michel Simon, lance sa carrière. Il tourne ensuite La Nuit du carrefour, Boudu sauvé des eaux, Le Crime de monsieur Lange, Partie de campagne, Les Bas-Fonds. Engagé dans le groupe politique Octobre, son œuvre, à partir de 1935, est marquée par les idées du Front Populaire.
En 1940, il part pour les États-Unis où il parvient à signer un contrat avec la Fox. Il dirige L’Étang tragique, qui est un échec commercial. Jean Renoir doit défendre sa position ; il s’adapte mal au système hollywoodien.
En 1943 et 1944, il réalise deux films sur la résistance, Vivre libre (This land is mine) et Salut à la France (A Salute to France).
En 1945, il est nominé aux Oscars dans la catégorie du meilleur réalisateur pour L’Homme du sud.
Le Journal d’une femme de chambre (1946) et La Femme sur la plage (1947) marquent la fin de sa carrière aux États-Unis.
En 1949, il tourne en Inde Le Fleuve, son premier film en couleur, qui aura une grande influence sur le cinéma indien.
Rentré en Europe en 1952, il tourne encore Le Carrosse d’or (1952), French Cancan (1955), Elena et les hommes (1956), Le Déjeuner sur l’herbe et Le Caporal épinglé (1962).
Devant faire face à des difficultés grandissantes à propos de ses films, il se tourne alors vers la télévision et vers l’écriture. Il publie un livre sur son père, Renoir, mon père, en 1962, une autobiographie, Ma vie et mes films, en 1974, un essai, quelques romans et plusieurs pièces de théâtre dont Orvet en 1955 et Le Grand Couteau en 1957.

De cet auteur