Vous êtes ici

Michel Del Castillo

Michel Del Castillo

Michel Del Castillo est né en 1933 à Madrid. Son enfance est marquée par la séparation de ses parents et la guerre civile durant laquelle sa mère, républicaine, est emprisonnée par les révolutionnaires.Pendant la Seconde Guerre mondiale, il partage la vie errante et agitée de sa mère entre la France et le Mexique. La séparation définitive a lieu à Paris en 1942 : Michel del Castillo est emmené en Allemagne, où il passera toute la guerre dans un camp de travail. Il est rapatrié en Espagne en 1945, et interné dans une maison de redressement en tant que « fils de Rouge ». Dans ce bagne, il découvre Dostoïevski, révélation qui transformera son existence. Il s’évade en 1949.Acculé par la misère, il vit de petits emplois en France et en Espagne, gravement dépressif. Lorsqu’il finit par retrouver son père, il ne voit en lui qu’un inconnu ; la rupture est totale. Il se réfugie chez son oncle. Vivant pour la première fois dans un cadre stable, il s’inscrit à la Sorbonne. Son premier roman, Tanguy, paraît aux éditions René Julliard en 1957. Il remporte un succès mondial.Durant les années soixante, il lit des romanciers anglais, russes et espagnols. Il publie quatre romans. En 1967, dans l’adaptation du Mur, la nouvelle de Jean-Paul Sartre réalisée par Serge Roullet, il incarne le rôle de Pablo. À partir du début des années quatre-vingt, il vit retiré dans la campagne du Gard. Il publie des romans inspirés par les événements de sa jeunesse, centrés sur des figures paternelles ou maternelles, sur une méditation sur l’Art et le rôle de l’artiste. En 2003, sa pièce Le Jour du destin est mise en scène par Jean-Marie Besset et Gilbert Désveaux. Elle est représentée au Théâtre Montparnasse avec, dans les rôles principaux, Michel Aumont et Christophe Malavoy. En 2005, il achève sa seconde pièce, La Mémoire de Grenade, lue par le comédien François Marthouret à Montauban dans le cadre du Festival des Lettres d’Automne.